Boulangerie

Boulangerie

La main à la pâte

La dégustation d’une bonne baguette tradition, par exemple, commence par la préparation de la pâte à pain (farine, eau, levure, sel) et de son pétrissage (dans un pétrin mécanique). Une fois pétrie, la pâte est placée dans une chambre de fermentation, puis façonnée en pâtons (pains, baguettes, flûtes et boules), avant d’être cuite.

Variations autour du pain

Première fournée vers 4 h du matin ! Suivant l’importance de la clientèle, le boulanger en assure entre 3 et 10 par jour. Mais il ne fait pas que cela. Il propose aussi des pâtisseries et des produits salés comme les quiches, les paninis ou les salades.

Artisan mais aussi gestionnaire

S’il est son propre patron, le boulanger s’occupe aussi du suivi des ventes, des commandes auprès des fournisseurs, de l’encadrement des personnels de vente et de fabrication… Aux heures d’affluence, il seconde ses vendeurs au magasin.

Dans une entreprise de boulangerie industrielle, le boulanger utilise des techniques de congélation du pain cru ou précuit. Il règle alors les outils de production (pétrin, four) et contrôle le processus de fabrication.

Compétences requises

Impossible d’exercer ce métier sans motivation. Il faut posséder une sensibilité culinaire et avoir envie de partager son savoir-faire avec ses clients. Pour fabriquer un pain de qualité, le boulanger doit être habile de ses mains et rigoureux, respectueux des recettes et des temps de pétrissage, de fermentation et de cuisson du pain. Sur le plan physique, une bonne résistance à la fatigue est nécessaire, car les journées d’un ouvrier boulanger commencent très tôt le matin et sont bien remplies !

Des talents de vendeur

S’il est un artisan, le boulanger est aussi un chef d’entreprise. Celui qui possède sa propre boulangerie doit non seulement maîtriser les techniques de gestion et de comptabilité d’une petite entreprise, mais également être à l’écoute de ses clients pour leur proposer des produits répondant à leurs attentes ou les attirant par leur nouveauté. Enfin, l’amabilité et le sens du service sont des qualités indispensables pour fidéliser une clientèle.

Des équipements modernes

Pétrin mécanique, chambre de fermentation électronique, four à commande automatique… Grâce à ces équipements sophistiqués, les horaires des boulangers sont désormais moins lourds et leurs tâches moins pénibles. Le rythme de travail reste cependant très contraignant. Le boulanger débute tous les jours vers 4 h du matin. Et s’il est patron de sa boulangerie, sa journée s’achève tard le soir, après la fermeture du magasin. Souvent, il travaille aussi les week-ends et les jours fériés.

Différents lieux d’exercice

Dans les boulangeries artisanales de quartier, lieu traditionnel d’exercice, il est le plus souvent seul au fournil, ou secondé par un apprenti boulanger. Dans une boulangerie industrielle, il travaille au sein d’une équipe postée ou tournante, sous la responsabilité d’un chef de fabrication. Dernier lieu d’activité possible : les boulangeries intégrées des hypermarchés. Le travail y est plus limité, car les pains arrivent précuits, et les horaires sont plus légers.

Accès au métier

Le CAP boulanger est le diplôme de référence dans la profession, mais il n’est pas le seul. Il existe aussi d’autres diplômes pour se perfectionner et pour pouvoir prétendre à la création ou à la reprise d’une entreprise.

Après la 3e

  • CAP boulanger
  • MC Boulangerie spécialisée
  • MC Pâtisserie boulangère

Niveau bac

  • Bac pro boulanger-pâtissier
  • BP boulanger

Jusqu’au Bac

CAP ou équivalent

CAP ou équivalent + 1 an

bac ou équivalent